Les formations inventaires : le CIPAR vient chez vous !

Travail de terrain et encodage

L’inventorisation du patrimoine mobilier religieux conservé dans une église paroissiale est une tâche qui permet d’en garantir sa survie pour les futures générations. Le CIPAR propose d’appuyer les gestionnaires de ce patrimoine dans la réalisation de cette grande mission.

En pratique, l’inventaire commence dans l’église à l’aide de fiches sur support papier. Ensuite, il convient d’enregistrer les objets dans la base de données d’inventaire du CIPAR. Bien qu’essentiellement adressée aux fabriciens et aux prêtres, ces formations peuvent également s’adresser à tout curieux désireux de participer à ce vaste chantier de préservation des objets de culte.

Sculptures rassemblées

Généralement, celles-ci s’organisent par commune et elles rassemblent quelques représentants par fabriques. Celles-ci peuvent, si elles le préfèrent, également se regrouper par doyenné. Il suffit de prendre contact avec l’équipe et de formuler son souhait d’organiser une séance. Après réception de la demande, les participants se concertent entre eux pour déterminer un lieu et une date. Lorsque l’agenda est fixé, un formateur CIPAR vient à leur rencontre et ensemble, ils effectuent des exercices concrets d’inventorisation.

Ces sessions sont modulables à la demande pour répondre au mieux aux attentes de chacun. Elles s’articulent principalement autour de l’organisation du travail d’inventaire, qui s’effectue en deux étapes : le travail de terrain (dans l’église) et l’encodage des renseignements dans la base de données du CIPAR. Les destinataires peuvent faire le choix de la formule exercices de terrain combinés aux exercices d’encodage, soit l’un soit l’autre. L’équipe du CIPAR transmet des conseils en matière d’organisation et de méthode pour inventoriser de manière optimale. Des exercices de méthodologie de terrain sont suggérés pour procéder au récolement optimal dans l’église même. Le rassemblement des objets par typologie, la reconstitution des ensembles de textiles liturgiques et la manière de prendre des bonnes photos sont également passés en revue au cours de la séance. Ensuite, des exercices pratiques sont destinés à l’utilisation du logiciel pour l’encodage des données récoltées sur le terrain. Tout au long de la formation, les participants peuvent poser leurs questions et faire part de leurs expériences et leurs impressions.

Travail de terrain_photographie d'une chasubleLe lieu est choisi en fonction de la formule choisie et de la facilité d’accès pour tout le monde. Les participants choisissent alors un édifice religieux central, facilement accessible pour tous. Les séances pour les exercices informatiques s’organisent dans un lieu de leur choix, à condition qu’il soit doté d’un accès Wifi. Pour faciliter la pris en main de la base de données durant la rencontre, chaque participant apporte son ordinateur. Il s’agit généralement d’une salle de fête, ou d’un local de la maison communal, ou encore d’un local au sein d’un établissement scolaire. Si les participants choisissent la formule du travail de terrain couplé à l’encodage, il est vivement conseillé de privilégier un endroit où l’église et la salle sont situées dans la même localité.

Après la formation, le CIPAR reste bien sûr à la disposition de tous les participants ! En effet, l’équipe continue à fournir de l’aide et des conseils par e-mail et/ou par téléphone.

Ces rencontres sont aussi des plates-formes de partages d’expériences et d’échanges dans un esprit convivial. Vous êtes intéressés ? N’hésitez pas à aller consulter notre page consacrée à nos formations, vous y trouverez tous les renseignements pratiques utiles pour l’organisation d’une séance !

Maura Moriaux