Le point sur les inventaires dans le diocèse de Liège

Eglise Mangombroux_vue extérieure

Considérée d’un point de vue statistique, la situation des inventaires du patrimoine mobilier au moyen du logiciel Collective Access dans le diocèse de Liège ne semble pas différer sensiblement de celle des autres diocèses, à l’exception de Tournai qui fait la course en tête.

Vue intérieure église Mangombroux (© Thirion ; Sarlet, Nicolas)
Vue intérieure église Mangombroux (© Thirion ; Sarlet, Nicolas)

Ainsi, 362 inventaires/fabriques sont « en attente » (77,4 %), 105 « en cours » (22,4 %), 0,02 % validés, soit un inventaire, en l’occurrence celui de l’église de Mangombroux ; 177 identifiants ont été attribués à ce jour. Néanmoins, nombre de fabriques disposent d’un inventaire papier relativement voire très récent.

Cet état est d’autant plus remarquable qu’aucune formation « plénière » sensu stricto n’a pu être organisée jusqu’ici, en dépit de multiples rappels et sollicitations auprès des doyennés et des fabriques. Plusieurs séances d’information ont cependant eu lieu au cours des deux années écoulées. Les formations dispensées l’ont été au cas par cas, à la demande expresse des membres d’une fabrique chargés de l’inventaire ; certaines interventions ont aussi eu lieu par téléphone. L’espoir demeure de pouvoir organiser des formations pratiques regroupant plusieurs fabriques d’une même commune. Ceux qui ont entrepris leur devoir d’inventaire ont donc utilisé uniquement le Guide de démarrage rapide.

Collégiale Sainte-Croix (© KIKIRPA)
Collégiale Sainte-Croix (© KIKIRPA)

À l’église Sainte Croix à Liège , nous avons eu la chance de pouvoir compter pendant plusieurs mois sur le concours précieux d’un stagiaire, étudiant de Master en Histoire de l’art de l’Université libre de Bruxelles, Sébastien Gorlé, pour la réalisation de l’inventaire avant le début des travaux de restauration de l’édifice.

Pendant la durée de ceux-ci, le mobilier doit être déplacé en lieu sûr ou mis en dépôt dans une institution muséale pour les pièces les plus précieuses ou fragiles. Le stagiaire a également pu intervenir auprès d’autres fabriques, dont celle de Sainte-Catherine à Liège. L’appel à des étudiants stagiaires ou jobistes est un bon moyen d’avancer dans son inventaire tout en donnant à l’étudiant l’occasion de manipuler des objets. L’inventaire, faut-il le rappeler, est un outil fondamental pour conserver, sécuriser, mettre en valeur et faire vivre son patrimoine.

En parallèle avec la réalisation des inventaires, les responsables du patrimoine du diocèse reçoivent régulièrement des demandes concernant le patrimoine textile, dont on sait la fragilité et la vulnérabilité ; un avis est alors sollicité pour définir la valeur patrimoniale des ornements liturgiques et autres textiles, et le tri éventuel à effectuer parmi les pièces en mauvais état. L’inventaire de ces pièces est particulièrement lacunaire ; il est bon de rappeler ici que rien ne peut être détruit sans l’accord des autorités ecclésiastiques.
Le chemin est encore long, mais les bonnes volontés ne manquent pas.

Philippe Joris