La répartition du patrimoine de l’église Sainte-Croix de Gallaix

gallaix

Bien que ces phénomènes soient heureusement rares dans notre région, certaines églises, faute de possibilités d’avenir, sont malheureusement désaffectées. C’est notamment le cas de l’église Sainte-Croix de Gallaix (Leuze-en-Hainaut, diocèse de Tournai) qui est désaffectée. Si la Fabrique d’église de Pipaix recevait, en tant que fabrique absorbante, les biens de la Fabrique d’église de Gallaix (terres, comptes…), l’église devait encore être vidée, ce qui est loin d’être une tâche agréable. Ceci étant, les paroissiens et proches de l’église de Gallaix ont pu bénéficier d’une aide précieuse du Service Art, Culture et Foi du diocèse de Tournai. Cette belle collaboration démontre que même si les temps peuvent être compliqués pour un bâtiment, des solutions peuvent toujours être trouvées pour préserver le patrimoine mobilier ! Voici un aperçu des initiatives prises.

L’église de Gallaix, un bref historique
GallaixSituée au cœur du village, l’église Sainte-Croix de Gallaix date du XIXe siècle et regorge d’un patrimoine qui date majoritairement de la même époque à quelques exceptions près.
Actuellement, l’édifice est désaffecté officiellement par un arrêté ministériel du 2 avril 2020.
Conscients de l’importance d’une aide professionnelle pour répondre aux nombreuses questions que suscitent le changement de localisation des biens mobiliers, nous avons pu heureusement compter sur la grande compétence et l’esprit de service de Mme Déborah Lo Mauro, responsable du service Art-Culture-Foi de l’Évêché de Tournai ; elle nous a vraiment guidés dans les démarches légales et dans le tri qu’il convenait de réaliser entre tous les objets présents dans l’église : certains étaient extrêmement vétustes, très abîmés, rongés par les insectes ou l’humidité… comme ils présentaient non seulement un stade de dégradation avancé mais en plus ils menaçaient la conservations des objets en bon état, il n’y avait pas d’autre solution que de les détruire. Heureusement, beaucoup d’objets et de biens mobiliers ont pu être sauvés et réaffectés dans des églises de l’entité ou plus largement, de notre diocèse, ou encore au Centre d’Histoire et d’Art Sacré en Hainaut (CHASHa asbl), situé dans des locaux de l’Abbaye de Bonne-Espérance, à Vellereille-lez-Brayeux. Tous ces transferts ont été réalisés suivant la législation en cours et moyennant la signature de « conventions » claires et précises. Voici quelques exemples de réaffectations des biens que nous avons pu préserver :

Gallaix, église Sainte-Croix, photo Emile Hayette

Biens qui restent dans l’Unité pastorale :
Eglise Gallaix– A la cure de Leuze : les archives (Fabrique et Paroisse) retrouvées dans la sacristie de l’église de Gallaix ;
– à l’église Ste-Vierge, de Chapelle-à-Oie : un ciboire en argent daté du 17ème siècle ;
– à l’église St-Denis, de Thieulain : une statue contemporaine de Ste Thérèse, un encensoir + son support en fer forgé + sa navette, un piédestal en bois de style néo-gothique, une chaire de vérité datée du 18ème siècle, qui sera démontée et aménagée en autel principal pour l’église de Thieulain ;
– à l’église Ste-Vierge, de Pipaix : un calice doré contemporain + sa patène ;
– à l’église St-Lambert, de Blicquy : une statue de St-Eloi en bois polychrome non datée mais très ancienne, un ensemble de six chandeliers en laiton 19ème siècle ;
– à l’église St-Michel, de Grandmetz : un tableau en bois représentant une tête d’apôtre 17ème siècle, un tableau sur toile représentant le martyre de Ste Agathe 17ème siècle, un tableau sur toile représentant un Ange gardien 18ème siècle, un tableau sur toile représentant la Pentecôte 18ème siècle, un tableau sur bois représentant une Vierge à l’Enfant 19ème siècle, un tableau sur toile représentant une Vierge à l’Enfant 17ème siècle, une statue en bois polychrome représentant une Vierge à l’Enfant 18ème siècle.

A la Ville de Leuze
Sans doute lors de la Fête nationale, en même temps que les clés de l’église de Gallaix, je remettrai à la Ville de Leuze deux paires de vases-obus sculptés et identifiés qui seront des souvenirs locaux qu’il me semblait important de garder dans l’entité, et qui avaient davantage leur place dans un bâtiment civil plutôt qu’une église.

Au Centre d’Histoire et d’Art Sacré en Hainaut (CHASHa) 
– Un crucifix 18ème siècle, un ostensoir-soleil 19ème siècle, un voile de ciboire, une Vierge à l’enfant en biscuit, une statue de Notre-Dame de la Salette en bois sculpté, une statue de saint Benoît Labre, une statue de Notre-Dame de Lourdes.

Dans le Diocèse 
– A l’église St-Ursmer, d’Ormeignies : un porte-cierge plat ;
– à l’église St-Martin, de Givry : une chape violette, un chandelier doré, une statue en bois de la Vierge à l’Enfant ;
– à l’église St-Nicolas, de Mons : un piédestal de style néo-gothique en bois ;
– à l’église Ste-Vierge, de Warquignies : un chemin de croix contemporain complet (14 stations) ;
– à l’église St-Brice, d’Aulnois : deux chandeliers plats et une chape violette ;
– à la Chapelle Notre-Dame de Cambron, d’Estinnes-au-Mont : 1 siège de présidence et 2 sièges d’acolytes en bois – néogothique début 20ème siècle ;
– à l’église St-Jean-Baptiste, de Havay : une croix de procession et son support en fer forgé, une sonnette de chœur 4 clochettes, une chape blanche, une chape violette, deux petits chandeliers, un chandelier doré, une custode ;
– à l’église St-Amand, de Havinnes : une crèche.

Abbé Patrick Willocq