Un atelier de marchands-brodeurs athois au 18e siècle : les Dormal-Ponce

Chaperon d’une chape Cotrel (© DVD)

Monument emblématique de la ville de Tournai et reconnu comme patrimoine mondial de l’UNESCO, la cathédrale abrite des textiles liturgiques d’une grande valeur historique qui font actuellement l’objet d’un projet de recherche. Découvrez ces témoignages textiles exceptionnels produits par une famille prestigieuse de brodeurs. 

Chaperon d’une chape Cotrel (© DVD)
Chaperon d’une chape Cotrel (© DVD)

Il est rarissime de disposer de documents sources relatifs à la commande et à la livraison d‘un ornement liturgique toujours existant antérieur au 19e siècle, documentant en particulier le nom de l’atelier de brodeurs. C’est le cas de l’ornement Cotrel (1730-1734) commandé par le chapitre cathédral et conservé à la cathédrale de Tournai ainsi que son dossier. De même, les comptes de l’église Saint-Julien d’Ath mentionnent la livraison, le paiement de deux chapes (1741-1744) toujours conservées et l’atelier qui les réalisa, en l’occurrence le même que celui du « Cotrel », à savoir l’atelier athois de Pierre-François Dormal, ainsi que l’avait signalé Madame Tilliet en 1980.

La comparaison du Cotrel et des chapes d’Ath réalisée récemment par Madame Véron-Denise avec un autre ornement conservé à la cathédrale de Tournai, le grand rouge de l’abbaye bénédictine Saint-Martin de Tournai lui a permis d’attribuer ce dernier au même atelier athois. On retrouve en effet un « traitement identique des fleurs, la présence de motifs de « ferronneries » à cannelures imbriquées et aux extrémités en volutes sur les chaperons des chapes, de très petites fleurettes formées d’enroulements de cannetilles, des motifs à écailles, traités selon la même technique ».

Chaperon d’une chape du grand rouge (© MAJ. 2019)
Chaperon d’une chape du grand rouge (© MAJ. 2019)

Des travaux en cours pour reconstituer le corpus de l’atelier ont identifié des ornements conservés en Belgique et en France utilisant les mêmes décors et les mêmes matériaux (fils d’or et d’argent, soies de couleur) que le Cotrel. De même, dans le Pays d’Ath, des vêtements liturgiques proches du grand rouge de Saint-Martin ont été récemment repérés lors d’inventaires diocésains.
Des recherches généalogiques menées à Ath, Douai, Lille, Tournai et Valenciennes ont précisé la biographie des maîtres-brodeurs P.-F. Dormal père et fils. P.-F. Dormal père, originaire de Douai, s’installa entre 1709 et 1711 à Ath, avec sa famille dont son premier fils Pierre-François né en 1707. Il décéda jeune entre 1721 et 1726 ; sa veuve se remaria en 1728 avec un jeune brodeur de Valenciennes, Charles-Joseph Ponce qui rejoignit l’atelier Dormal et son beau-fils Pierre-François fils. Celui-ci mourut à Ath en 1783.

 

 

 

 

Le Bulletin annuel des Amis de la cathédrale de Tournai a publié en 2017 les résultats résumés de deux études consacrées au grand rouge de Saint-Martin en 2018, un travail consacré à la généalogie des Dormal-Ponce et à une première approche du corpus de l’atelier. Les résultats in extenso avec bibliographie et sources paraitront en novembre 2019 dans la collection Tournai-Art et Histoire dirigée par le Pr J. Pycke.

Michel-Amand Jacques
Secrétaire, Administrateur des Amis de la cathédrale de Tournai

Pour en savoir plus : 

Pour de plus amples informations au sujet de cet article, contactez les Amis de la cathédrale par e-mail, à l’adresse suivante : contact@amis-cathedrale-tournai.be

Envie d’en savoir plus sur les Amis de la cathédrale de Tournai ? N’hésitez pas à aller consulter leur site internet : http://www.amis-cathedrale-tournai.be/