Des danses macabres découvertes sur des cloches de chez nous

Cloche_Françoise Bernardine_danse macabre

Pour répondre à leurs missions de sauvegarde, de promotion et de valorisation, les membres d’ACW se rendent régulièrement sur le terrain pour des visites campanaires. L’Association nous livre un exemple concret découvert lors de l’une de leurs expéditions qui illustre bien la richesse de nos clochers.

Après avoir pris contact avec le Président de la fabrique d’église Saint-Amand de Havinnes, M. Heyman, nous nous retrouvons, après une escalade des plus délicates, dans la chambre des cloches où nous faisons une intéressante et rare découverte.

Trois cloches nous attendent :

  • Cloche_Françoise Bernardine
    Cloche Françoise Bernardine (© KIK-IRPA Bruxelles)

    Françoise Bernardine, datée de 1644 et pesant ± 498 kg. Elle fut enlevée en 1943 par les Allemands sous le numéro VI 267, est revenue intacte et a été replacée in situ. Elle garde de nombreux éclats à la pince. Le fondeur est Antoine Sowerain . Elle est ornée d’une danse macabre en son cerveau et, entre autres, de très belles armoiries des de Lalaing.
    Le rinceau est composé de plaquettes accolées les unes aux autres et placées entre deux cordons. Chaque raccord est nettement visible et placé au milieu d’une feuille d’acanthe (La feuille d’acanthe dans le langage symbolique des fleurs signifie : « rien ne pourra nous séparer ». C’est la nette affirmation de l’existence d’un au-delà).

  • Une seconde cloche aussi d’Antoine Sowerain, datée elle aussi de 1644 et pesant ± 523 kg.
  • Une troisième, de Marcel Michiels, datée de 1973 et pesant 296 kg.

La cloche avec les danses macabres et sa sœur du même âge doivent avoir eu une vie quelque peu chahutée car nées en 1644 (la date est inscrite sur la cloche) elles se trouvent aujourd’hui dans une église dont la pose de la première pierre eut lieu en 1858 et la bénédiction du sanctuaire en 1859**.

Elles ne sont donc pas dans leur emplacement d’origine. Ces danses macabres sont les attestations des pandémies de maladies contagieuses (peste noire, choléra, …) qui marquèrent profondément les populations. Avant le coronavirus, nos ancêtres ont déjà vécu des moments sombres !
Trois fiches techniques, modèle ACW, furent élaborées à la suite de cette intéressante visite.

Cloche_Françoise Bernardine_danse macabre
Détail de la danse macabre sur la cloche

Sources : 
*Dictionnaire des fondeurs
**Extrait du répertoire photographique du mobilier des sanctuaires de Belgique, Province du Hainaut, Canton de Tournai par Jean-Marie Lequeux, IRPA Bruxelles 1981.

 

 

Philippe Slégers
(Issu du résumé de l’article publié dans le Bulletin campanaire de l’ACW)