Warnach: découvrir l’œuvre du Père Kim En Joong

Depuis le dimanche 16 décembre se tient en l’église de Warnach une exposition de peintures et de livres du Père Kim En Joong, un artiste dominicain originaire de Corée du Sud. Une activité proposée par  »Les Frênes » en prélude au 40e anniversaire de la communauté.

Le Père Kim En Joong, dominicain d’origine sud-coréenne, compte parmi les grands artistes contemporains. Son style, abstrait mais inspiré des impressionnistes, est unique. Il le tient, on le suppose, de son histoire. Né au sein d’une famille taoïste en 1940 pendant l’occupation japonaise, il a connu la guerre des deux Corées, le communisme, les privations… Parmi les autres événements marquants de sa vie: ses études aux Beaux-Arts de Séoul ou encore sa conversion à la foi catholique. Après avoir reçu le baptême en 1967, il entre chez les dominicains et est ordonné prêtre en 1974. Quatre ans plus tard, il est assigné au couvent de l’Annonciation, à Paris, où il vit et peint depuis maintenant cinquante ans. « Cinquante, comme le nombre de jours entre Pâques et Pentecôte », aime-t-il souligner.

À quelques jours du vernissage de l’exposition qui va lui être consacrée à Warnach, l’abbé Philippe Molinne, de la communauté des Frênes, explique la démarche de l’artiste: « Il y a du noir, du gris, de l’obscur dans les toiles du Père Kim. Mais toujours glissé ou suggéré, un rai de lumière, signe de l’espérance au cœur de la nuit ». »La vraie lumière naît de la vraie nuit », souligne d’ailleurs le peintre qui préfère ne pas expliquer son travail. « Quand une femme arbore une toilette, lui demande-t-on comment elle l’a pensée? », glisse-t-il ainsi, malicieux.

Une expo à voir du 16 décembre 2018 au 5 février 2019
Élevé en 2010 au grade d’officier des Arts et des Lettres par Frédéric Mitterand, Kim En Joong laisse le visiteur libre devant ses toiles, libre de les recevoir avec ce qu’ils sont. Philippe Molinne: « Certaines de ses œuvres proposent cependant quelques pistes de lecture. Il s’agit de celles conçues avec l’académicien François Cheng, à la plume fine et délicate. Un ami de longue date du Père Kim qui considère d’ailleurs son existence comme ‘un miracle’ ». De leur collaboration ressort cette même espérance, cette soif, ce goût de la quête, cette idée: « survivre sans répit aux désirs, porter la soif plus loin que l’oasis ».

Le Père Kim, prononce très peu le nom du Christ. De la même manière que dans son travail, il le laisse transparaître, égrenant son chapelet dans la main gauche, tout en précisant qu’il se considère tel son « serviteur », son  »instrument » pour rendre service à la beauté, pour rendre service au monde.

Parmi les œuvres récentes du Père Kim il faut citer, en Belgique, les nouveaux vitraux de la cathédrale de Liège.Pour mieux connaître le Père Kim En Joong, une exposition lui est consacrée du 16 décembre 2018 au 2 février 2019 à l’église de Warnach. Une expo qui présente des peintures et des livres de l’artiste. Cette expo se veut aussi un intime hommage au cardinal Danneels qui fête ses 85 ans et dont le Père Kim est un ami très proche.

L’exposition est à présent accessible sur rendez-vous du 2 janvier au 2 février 2019.

Christine Bolinne, Maison des Médias du diocèse de Namur

Infos: Les Frênes, venelle Saint-Antoine à Warnach 52, 6637 Fauvillers – 063/60.12.13 – les.frenes@skynet.be.