Le transfert d’un tabernacle d’Ecaussinnes à Blaton

Tabernacle en cours de déplacement

Un tabernacle en laiton du début du siècle dernier (1901-1910), de l’église d’Ecaussinnes-d’Enghien aujourd’hui désacralisée, a pu trouver une nouvelle affectation dans une église du diocèse de Tournai.

Tabernacle fixé dans la remorqueL’église du Sacré-Cœur d’Ecaussinnes-d’Enghien a été construite en 1892-1895 par l’architecte Constant Sonneville et est un véritable témoin du savoir local dans le travail de la pierre. Des familles importantes ayant financé la décoration aux tailleurs de pierre du village ayant exécuté le travail, l’église porte la trace d’un savoir-faire aujourd’hui rare. Dans le cadre de la désaffectation de cette église, des solutions ont dû être trouvées par le service Art, Culture et Foi de l’Evêché de Tournai afin de sauvegarder la trace de ce patrimoine religieux.

À l’image de la chaire de vérité en pierre d’Ecaussinnes qui a récemment été sauvegardée et déplacée au musée de la pierre à Maffle grâce à un financement du fond Claire et Michel Lemay, le tabernacle en laiton imbriqué dans l’autel-majeur néo-roman a pu trouver une nouvelle affectation dans une église du diocèse qui souhaitait s’équiper dignement. L’église de Tous-les-saints à Blaton ne possédait en effet pas de « vrai » tabernacle, mais utilisait une solution d’appoint bricolée. Grâce aux annonces patrimoniales permettant de faire le lien entre le patrimoine disponible provenant de fermetures de couvents ou d’églises ainsi que de la demande des fabriques, plusieurs pièces du petit patrimoine mobilier ont déjà pu trouver une réaffectation dans un autre lieu de culte (vaisselle liturgique, textiles, …). Une nouvelle page commence pour la vie cultuelle de ce tabernacle.

Déborah Lo Mauro

Tabernacle dans la remorque