Comment les œuvres d’art des musées voyagent-elles ?

Transport d'une oeuvre

En cette période d’immobilité forcée, nous vous proposons de voyager un peu en compagnie… des œuvres d’art. Une sculpture du Musée diocésain de Namur vient de partir pour une exposition à Zürich. Si l’ouverture de l’exposition est malheureusement retardée, c’est l’occasion de découvrir comment sont transportés les objets des musées dans le cadre d’expositions internationales.

Le prêt d’œuvres d’art, un travail de longue haleine
Le Musée diocésain de Namur reçoit régulièrement des demandes de la part d’autres musées souhaitant emprunter des œuvres pour des expositions temporaires. Pour le musée, le prêt d’œuvres représente une opportunité intéressante. Cela permet de les faire connaître à l’étranger, tandis que les thématiques toujours différentes des expositions permettent d’apporter de nouveaux éclairages sur les objets et leur contexte historique. Mais prêter ou emprunter une œuvre ne s’improvise pas. Généralement, les demandes d’emprunt sont formulées plus d’un an avant le début de l’exposition. Cela laisse le temps aux conservateurs de se mettre d’accord sur les conditions de conservation pendant le transport et l’exposition. Cela permet aussi d’envisager un traitement de conservation si l’œuvre en a besoin. Dans le cas de Zürich, c’est le Musée national suisse qui a demandé au Musée diocésain le prêt du buste-reliquaire de Marie d’Oignies, une sculpture en bois peint. Grâce à la participation du musée zurichois, le buste a pu être restauré avant d’être prêté. Débarrassée d’une couche de cire et de poussières, la sculpture a retrouvé une nouvelle fraîcheur.

Buste avant restauration             Buste après restauration
Buste de Marie d’Oignies avant et après restauration

De Namur à Zürich en toute sécurité
Le transport d’une œuvre, depuis la sortie de la vitrine jusqu’à son installation dans l’exposition, représente toujours un risque. Ce sont des sociétés spécialisées dans le transport d’œuvres d’art qui prennent en charge cette étape. Des véhicules spécialement équipés et des matériaux d’emballage performant améliorent considérablement les conditions de transport et limitent fortement les risques. Une caisse rigide, doublée de mousse, est réalisée sur mesure pour l’œuvre à transporter. Scellée, elle ne sera pas ouverte avant son arrivée au musée, en présence des conservateurs. Avant l’installation de l’œuvre dans la vitrine, un constat d’état est établi, pour permettre de notifier par écrit son état matériel. Puis la vitrine est refermée, l’éclairage adapté pour mettre l’objet en valeur. Le visiteur découvrira l’œuvre dans une scénographie soigneusement étudiée : couleur, sons, lumière, ambiance.
C’est le paradoxe des expositions : les œuvres d’art sont offertes à l’admiration des visiteurs émerveillés dans une ambiance feutrée, comme si elles avaient toujours été là… Rien ne sera révélé sur les dizaines de petites mains qui se sont affairées dans l’ombre pour préparer l’exposition.

    Oeuvre protégée dans une caisse faite sur mesure      Caisse de transport     Buste reliquaire dans la vitrine

Informations pratiques au sujet de l’exposition à Zürich
« Les moniales. Des femmes fortes au Moyen Âge », une exposition à découvrir à Zürich.
En raison de la pandémie de Coronavirus, l’ouverture de l’exposition est reportée.
Informations à suivre sur le site internet du musée : cliquez ici. 

Hélène Cambier