Focus sur une église : Saint-Georges de Villers-lez-Heest

Parmi les trésors architecturaux que comporte notre diocèse de Namur, il en est un qui ne demande qu’à être découvert : il s’agit de l’église Saint-Georges de Villers-lez-Heest, voisine du château de Pitteurs de Budingen (XVIIIe siècle, style classique). Attardons-nous plus avant à ce joyau de style ogival anglo-saxon, particulièrement remarquable.

Si le bâtiment que l’on connaît actuellement date de 1891 et a été conçu par l’architecte belge bien connu Edmond Jamar (1853-1929), la présence d’une chapelle sur ce terrain est plus ancienne. Les sources historiques nous signalent effectivement qu’une chapelle, de taille modeste et sous la dépendance de la paroisse d’Émines, était à disposition du hameau de Villers-lez-Heest depuis le XVIe siècle (1575, plus précisément). Peu de témoins de cette époque demeurent : une pierre tombale ainsi qu’une statue du saint patron du lieu ont été conservées.

La suite de l’Histoire (avec un grand H) de cette église est également liée à celle de son voisin, le château de Pitteurs de Budingen. En 1738, le lieu, devenu trop vétuste et trop étroit, est agrandi à la demande de plusieurs personnes. Cette nouvelle construction est réalisée conjointement à celle du château.

Au fil des années, le hameau de Villers-lez-Heest se mue en village, sensiblement plus peuplé. Un arrêté royal daté du 11 février 1889 autorise la création d’une paroisse dite autonome pour Villers-lez-Heest (l’endroit a déjà subi les affres de la Révolution française et le concordat entre Bonaparte et le Saint-Siège). À la suite de la décision de la fabrique d’église, on entreprend alors la construction de l’édifice en style ogival anglo-saxon tel qu’on le connaît encore aujourd’hui. Il serait achevé en 1891 et meublé par la commune en 1892.

En pénétrant dans cette église, vous aurez sans doute l’impression que le temps s’est arrêté. N’hésitez pas à vous y arrêter si l’occasion se présente : il se pourrait que l’intérieur vous fascine tout autant que l’extérieur ! Vous aurez notamment l’occasion d’admirer son plafond en bois, les appliques lumineuses ou encore les décorations murales, restées « dans leur jus ».

Pour la petite histoire, cette fois… Vous avez peut-être déjà visité cette église, au moins son intérieur, sans vous en rendre compte ! C’est en effet cet intérieur qui a servi de lieu de tournage au film La Confession réalisé par Nicolas Boukhrief (2016). Romain Duris campe le rôle de l’abbé Léon Morin, curé d’une petite ville française, pendant l’occupation allemande. Dans le film, on peut notamment apercevoir des ornements prêtés par des paroisses voisines.

Maxime Bollen,

collaborateur à la  Formation liturgique du diocèse de Namur et rédacteur de la Nouvelle revue théologique

Si l’on souhaite consulter une documentation plus complète, on peut se référer à ce document, © Paroisse de Villers-lez-Heest.

Pour aller visiter l’église Saint-Georges, nous vous conseillons de toujours appeler avant pour vérifier qu’elle est bien ouverte.

Toutes les photographies sont celles d’Hélène Cambier, responsable du patrimoine pour le Diocèse de Namur, que nous remercions.

CIPAR - Centre Interdiocésain du Patrimoine et des Arts Religieux