Gel des activités, et si on en profitait pour s’occuper du patrimoine ?

L’année 2020 a connu son lot d’annulations et de chamboulements dans les agendas. On l’entrevoit déjà, l’agenda 2021 ne s’annonce guère plus rempli pour ce début d’année. Et si c’était l’occasion de tirer profit de ces contretemps et annulations pour en faire profiter le patrimoine de votre église ?

Un inventaire pour une bonne vision de départ

C’est un peu la base de tout travail efficace : avant de savoir ce que l’on peut faire pour son patrimoine, il faut en avoir une vision claire ! L’inventaire reste donc la première étape pour commencer la réflexion en matière de gestion du patrimoine. Un tour de l’église avec un appareil photo permet d’établir une liste d’inventaire des objets contenus dans l’église. Si un inventaire a déjà été fait précédemment, il doit être mise à jour régulièrement. Les vitraux et le patrimoine immobilier par destination, comme les autels à retable, doivent également être pris en compte, car eux aussi sont sujets à un entretien et un traitement de conservation-restauration. Retrouvez toutes les informations, les techniques et les outils pour réaliser votre inventaire en cliquant ici.

Une analyse de l’état des œuvres

Une fois cette étape terminée, il faut se pencher sur l’état de conservation des œuvres. Peut-on remarquer l’un ou l’autre signe de détérioration ? Est-ce un indicateur de l’urgence d’un traitement à effectuer ou la situation peut-elle attendre ? Pour cette étape, les équipes des services patrimoine des Evêchés et le CIPAR sont à votre disposition pour faire avec vous un tour de l’église et apporter un regard avisé, notamment en conservation préventive. Cette visite sur place permet en général de cibler les urgences et de relativiser parfois des situations que l’on croyait catastrophiques. Avec les services patrimoine ou le CIPAR, vous pouvez établir des priorités pour les traitements à effectuer sur les œuvres.

Des demandes de devis et le budget

Après avoir affiné, avec les services patrimoine et le CIPAR, la liste hiérarchisée des traitements d’entretien ou de conservation-restauration, des contacts peuvent alors être pris par la fabrique pour des demandes de devis.

Rappelons qu’il faut d’adresser à des professionnels de la conservation-restauration pour toute intervention sur le patrimoine.

Un inventaire à jour et une grille d’analyse des urgences de conservation-restauration vous permettront de défendre vos projets en matière de patrimoine et de convaincre sur leur nécessité. Toutes les étapes précédentes vous aident à argumenter concrètement, avec un chiffre précis, pour une demande de budget.

Et si l’année confinée 2020 avait laissé du budget inutilisé ? Vu le nombre de mois passés en confinement, c’est fort probable. Il y a donc ici une occasion à saisir pour faire passer des demandes d’entretien, de valorisation et de conservation-restauration pour votre patrimoine. Rappelons que votre budget 2020 peut être utilisé jusqu’au 31 mars 2021, pour tous les travaux commandés ou attribués en 2020. Prendre les devants en ayant demandé des devis vous permet donc de profiter d’occasions budgétaires.

Prudence et vigilance

Rappelons aussi que les manipulations sur les œuvres peuvent avoir de lourdes conséquences, même si elles sont effectuées avec de bonnes intentions. Il faut d’adresser à des professionnels de la conservation-restauration pour toute intervention sur le patrimoine. Le CIPAR met à disposition des fabriques d’église divers outils et publications où les bons gestes sont expliqués…Le CIPAR et les services patrimoine des Evêchés restent à votre écoute pour répondre à vos questions à ce sujet.

Impulser une dynamique

Documentez et prenez des photographies de vos initiatives en matière de conservation du patrimoine. Mettez à profit les explications des conservateurs-restaurateurs et mettez en valeur leur rapport de restauration. En plus de servir les archives de votre fabrique, cela pourra alimenter de futurs dossiers et montrer une dynamique de gestion plus que positive !

Documenter les manipulations

Pensez à bien prendre des photos des manipulations sur les œuvres et des actions que vous aurez entreprises. Seuls les gestes d’entretien décrits dans les brochures du CIPAR (explicitement destinés aux gestionnaires du patrimoine) sont à la portée de tous (à retrouver sur le site internet du CIPAR).

Bon travail à tous et nous restons à votre disposition pour vous aider !

 

Coup d’œil sur les diocèses :

  • Diocèse de Liège : Le service des fabriques d’église est à votre écoute pour répondre à vos questions en matière de patrimoine.
  • Diocèse de Namur: le service ACF est à votre écoute pour répondre à vos questions en matière de patrimoine et le musée diocésain est à votre disposition pour des mises en dépôt temporaires ou à plus long terme de patrimoine.
  • Diocèse de Tournai: Le service ACF est à votre écoute pour répondre à vos questions en matière de patrimoine et le CHASHa est à votre disposition pour des devis de traitements d’anoxie sur des petites sculptures, de moisissure sur les textiles, de conservation-restauration de tableaux, de mises en dépôt temporaires ou à plus long terme de patrimoine dans son conservatoire. Des journées de conservation préventive pour accompagner une équipe de bénévoles pour la gestion courante du patrimoine dans votre église sont tout à fait possible.
  • Vicariat du Brabant wallon : Le service des fabriques d’église est à votre écoute pour répondre à vos questions en matière de patrimoine.

 

 

Déborah Lo Mauro

Toutes les illustrations appartiennent au CHASHa.