Évolution de l’iconographie des chasubles des XVIIe et XVIIIe siècles : enjeux de la représentation.

Dans bon nombre d’églises de nos régions, il est fréquent de trouver des vêtements liturgiques, parfois très anciens. Si les exemples du Moyen Âge sont plus rares et souvent partiellement conservés, parfois rapiécés avec des tissus modernes, les XVIIe et XVIIIe siècles nous ont livré maints exemples encore originaux dont la somptuosité ne cesse d’impressionner encore aujourd’hui. Ce patrimoine fantastique, et pourtant méconnu est malheureusement en grand danger à cause de ses conditions de conservation souvent précaires. Ces dernières années auront fort heureusement vu naître une conscientisation de la valeur patrimoniale de ces textiles liturgiques. Si leurs aspects historiques et techniques ont été le sujet d’un certain nombre d’études, le volet iconographique et son rapport au rituel restent peu étudiés. Nous nous proposons ici de faire une synthèse de nos propres recherches à ce sujet.

Lire la suite « Évolution de l’iconographie des chasubles des XVIIe et XVIIIe siècles : enjeux de la représentation. »

Publication : « Van Eyck.  Une révolution optique » : Le  livre  de  l’exposition de Gand (2020) 

C’est non seulement le Retable de l’Agneau Mystique, véritable Somme théologique en images, qui était au cœur de l’exposition de Gand, mais l’œuvre totale des frères Van Eyck, à la rencontre de leurs contemporains et successeurs, principalement les peintres, les enlumineurs et occasionnellement les sculpteurs. Le présent volume, publié à cette occasion en plusieurs langues, fait le point sur la restauration en cours de l’Agneau Mystique depuis 2012 et sur les recherches les plus récentes au plan historique et artistique et aussi au plan de la physique et de la chimie. L’œuvre a traversé les siècles ; elle a échappé à la « furie iconoclaste », à la révolution, aux deux guerres mondiales et à la convoitise des grands. 

Lire la suite « Publication : « Van Eyck.  Une révolution optique » : Le  livre  de  l’exposition de Gand (2020) « 

Colloque : Redécouverte ou survie? La présence de l’icône en Occident du XVe siècle à nos jours

Le Colloque en ligne du Palais des BOZAR (Bruxelles), organisé par le GEMCA (« Groupe d’analyse culturelle de la première modernité ») de l’UCLouvain, le 11 décembre 2020, s’est donné pour tâche d’étudier les nombreux contacts entre la peinture occidentale et l’icône orientale, et la survie de cette dernière en Occident. Il a été introduit par Ralph Dekoninck et Ingrid Falque. La réflexion de cette journée érudite a embrassé les six derniers siècles ; elle a aussi évoqué la question du début du troisième millénaire, marqué par un certain engouement pour l’icône et par une série de « réinventions » et de « détournements » parfois surprenants. 

Lire la suite « Colloque : Redécouverte ou survie? La présence de l’icône en Occident du XVe siècle à nos jours »

saint Nicolas, patron des écoliers

Nicolas de Myre ou Nicolas de Bari, connu sous le nom de saint Nicolas, est un personnage populaire dans la religion chrétienne. Sa commémoration le 6 décembre, date présumée de sa mort, est une fête importante dans de nombreux pays, dont le nôtre. À la Saint-Nicolas, la tradition veut que les enfants sages reçoivent des friandises et des cadeaux. Ceux qui n’ont pas été sages se voient offrir une remontrance par le père Fouettard.

Lire la suite « saint Nicolas, patron des écoliers »

La lumière dans les retables baroques : quelle signification donner au motif de la gloire ?

La lumière a occupé une place importante au sein des églises tout au long de l’histoire. Souvenons-nous, par exemple, des immenses vitraux illuminant les cathédrales gothiques. Mais au-delà de cette lumière naturelle, deux autres types de lumières sont omniprésents dans nos églises: la lumière artificielle produite par les cierges et autres luminaires, et la lumière “matérialisée”, c’est à dire celle que les artistes ont représenté sous une forme ou sous une autre, notamment dans la peinture ou le mobilier. Cette dernière est la moins connue et pourtant elle est souvent particulièrement impressionnante et porteuse de sens sacré. Cette lumière « matérielle » voit l’apogée de son utilisation et de son rayonnement avec la maturation de l’art baroque. Un motif devient alors incontournable dans les églises de nos régions : la gloire.

Lire la suite « La lumière dans les retables baroques : quelle signification donner au motif de la gloire ? »

Noël et le « Prince de la Paix » (Is. 9, 5)

N’y aura-t-il « pas de Noël en 2020 »? L’Abbé Haquin nous partage le fruit de ses réflexions sur cette période de confinement et d’avant Noël. Il nourrit sa pensée en analysant des tableaux de grands maîtres et de crèches des quatre coins du monde.

Lire la suite « Noël et le « Prince de la Paix » (Is. 9, 5) »

La Nativité et la Crèche dans nos régions

Si la Belgique n’a pas développé un art fastueux de la crèche comme dans d’autres contrées d’Europe, nos régions à travers les époques ont pourtant fait œuvre de pionnier et d’inventivité dans la pratique religieuse et le développement des crèches tel que nous les connaissons aujourd’hui. Voici à travers quelques lignes trop brèves, un condense de l’histoire des crèches.

Lire la suite « La Nativité et la Crèche dans nos régions »

Les armoiries des abbesses : s’affirmer en tant que femme dans une Eglise d’hommes ?

Ces derniers mois, nous avons exploré la symbolique des armoiries des évêques et des chanoines. Cette fois, c’est un autre pan de l’héraldique ecclésiastique que nous vous proposons de découvrir : les femmes titulaires de charges de gouvernement communautaires que sont les abbesses.

Lire la suite « Les armoiries des abbesses : s’affirmer en tant que femme dans une Eglise d’hommes ? »

La Fête de Toussaint : le sens de nos jours

Peut-on faire la fête alors que certains d’entre nous sont emmenés dans les hôpitaux, atteints gravement par le Covid, et que d’autres sentent que la vie les quitte, alors qu’ils ont encore bien des projets non réalisés ? En ouvrant le journal de ce 15 octobre, je lis ce qu’a décidé de faire le violoncelliste Sevak Avanesyan, belge d’origine arménienne. Sans invitation, il a décidé d’aller jouer de son instrument à Chouchi, dans le Haut-Karabakh, en trois lieux symboliques, la Cathédrale endommagée par deux frappes attribuées aux forces azéries, la Mosquée et le Centre culturel. Déjà en 1992, un violoniste avait joué dans les décombres de la bibliothèque de Sarajevo, et le 11 novembre 1989, Rostropovich l’avait fait devant le mur de Berlin en voie de démolition. La musique de ces artistes est une parole d’espérance et de résilience, car la vie sera plus forte que la mort ! Alors que les armes divisent, le langage universel de la musique réunit.

Lire la suite « La Fête de Toussaint : le sens de nos jours »

Formes du salut : publication et exposition à LLN

Depuis l’ouverture du Musée L, il ne cesse de renforcer son identité de musée universitaire en remplissant ses missions de recherche, d’enseignement et de service à la société. Après une exposition de type archéologique, riche en objets et bien documentée sur les tumulus, l’équipe du musée s’est plongée dans l’étude de la sculpture religieuse médiévale avec quelques études de cas bien précis. En effet, leur prochaine exposition leur permet de présenter de manière approfondie un lot d’œuvres mis en dépôt au Musée L par la Donation Royale. À l’origine, cet ensemble de sculptures et d’un panneau religieux, collecté par un généreux donateur bien connu du Musée L, l’Abbé Adolphe Mignot, était exposé dans la chapelle Sainte-Anne de Val Duchesse. Ce patrimoine longtemps conservé dans de mauvaises conditions a pu bénéficier d’une campagne de conservation-restauration par l’IRPA, financée grâce au Fonds Baillet-Latour. Dans le cadre de l’exposition, toutes les pièces ne seront pas montrées, mais trois Sedes seront mises particulièrement en lumière, ainsi qu’un calvaire, une dormition de la Vierge et le tableau représentant une scène de déploration. Des œuvres de comparaison empruntées à d’autres institutions (MRAH, Musée du Grand Curtius, Société archéologique de Namur, fabrique de l’église de Hoegaarden) enrichiront également cette exposition.

Lire la suite « Formes du salut : publication et exposition à LLN »